Aller au contenu | Aller au menu principal | Aller au sous menu  | Aller au menu divers | Aller à la recherche

Terre de Provence Agglomération

Menu principal

Terre de Provence Agglomération

Orgon

 

Itinéraire de l’Urgonien :

Avec ses falaises abruptes au-dessus du fossé de la Durance, ses vues panoramiques, ses voies d’escalades recensées dans le topo-guide en vente à l’Office Municipal de Tourisme, ses circuits de randonnées, de géologie, Orgon satisfait les amateurs de géologie et les amoureux de la nature. Orgon est un haut lieu de la géologie urgonienne et de la paléontologie provençale. Un guide réalisé par Jean-Pierre et Mukerem Masse, géologues de l’Université de Provence, permet de suivre plusieurs itinéraires géo référencés à l’est des Alpilles. L’un d’eux se fait aisément à pied et en famille : le sentier de la pierre relie deux sites conduisant des carrières de l’usine OMYA que l’on surplombe du haut du belvédère pédagogique au musée de géologie, paléontologie et archéologie. Deux grands axes structurent l’exposition. Avant l’apparition de l’homme une longue et surprenante histoire de 150 millions d’années du patrimoine géologique et paléontologique de l’est des Alpilles est mise en situation par Jean-Pierre et Mukerem Masse ; avec la coopération de Fabrice Aubert, attaché de conservation au musée Requien d’Avignon. A la préhistoire, les hommes sédentaires du néolithique, il y a 4500 ans, nous sont présentés par Hélène Barge, archéologue à la D.R.A.C. et docteur en préhistoire, qui dirigea les fouilles des cabanes campaniformes à Orgon en contrebas des Calades dans les années 1980. Renseignements : Office Municipal de tourisme d’Orgon Place de la Liberté. Téléphone : 04 90 73 09 54.

Parcours des lieux de culte :

Ce parcours commence au centre du village, place de la Liberté, par l’Eglise de l’Assomption. Il se poursuit par le chemin des Oratoires qui conduit à Notre-Dame de Beauregard. Cette promenade se complète par la découverte du site de la chapelle Saint-Roch sur la colline Mont Sauvy, vers le collège. Deux autres chapelles, Saint-Gervais et Saint-Véran, non affectées au culte, se dressent dans le paysage orgonnais.

1 - L’Eglise de l’Assomption :

Elle date de 1325. Sobre mais élégante, de style gothique provençal, elle comprend une abside à cinq pans et une nef unique en pierre nue, plus haute que l’abside, le tout voûté d’ogives. Le choeur, qui date du XIVème siècle, présente la caractéristique étonnante d’être oblique par rapport à l’axe central de l’église, évocation de l’inclinaison de la tête du Christ sur la croix. Au XVIIIème siècle il a été revêtu de boiserie et orné de cinq tableaux de l’époque classique, répertoriés par les monuments historiques le 12 juillet 1971. Un superbe triptyque « La Vierge à l’enfant entre Saint-Pierre et Saint-Paul » fait partie des chefs-d’œuvre de la peinture provençale du XVIème siècle. L’église est ouverte de mars à octobre le samedi de 18h30 à 20h00, d’octobre à mars le samedi de 17h30 à 19h00 et toute l’année le dimanche de 10h00 à 11h30.

2 - Le sentier des Oratoires :

Cet itinéraire invite le promeneur au recueillement le long d’un chemin panoramique à l’extrémité Est des Alpilles. Sur les cinq oratoires qui, autrefois, jalonnaient à travers la colline le sentier reliant la ville à Notre-Dame de Beauregard, trois ont bravé les morsures du temps. Les deux oratoires disparus sont probablement le second et le cinquième de la série. L’oratoire de l’Annonciation est adossé au mur de soutènement d’un verger d’oliviers. Édifié avant 1515, il est de construction massive, en pierre de taille, son toit est formé d’une dalle légèrement cintrée surmontée d’une croix métallique. Le socle bas supporte une grande niche au fond de laquelle une sculpture très mutilée représente la Vierge et l’Ange. L’oratoire à la Gloire de Jésus et Marie d’architecture Renaissance se compose d’un piédestal plus étroit que la niche qu’il support, l’ensemble de l’édifice est adossé sur un mur. Le socle est orné de sculptures : au centre un blason portant une inscription, au bas un coquille et en haut, sous la dalle supportant la niche, une tête, un motif allégorique symbolisant le soleil et une feuille d’acanthe. La niche est encadrée de deux piliers. Celui de droite est très ouvragé. À l’intérieur de la niche, un bas-relief représente quatre personnes décapitées par les ans. Deux belles figures d’anges animent le fronton supérieur. Sous la voûte de la niche, on relève l’inscription : Hoc opus fecerunt fieri Amedeus Roverely et aleata De Urgone Anno Domini 1516, ce qui signifie Amédée Rovereli et Alet, son épouse, d’Orgon, ont fait élever ce monument l’an du Seigneur 1516. Depuis le 22 juillet 1935, ce monument est inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques. Le troisième oratoire est l’oratoire du Massacre des Innocents et de la Fuite en Egypte. Il porte, sous la voûte, une inscription gravée qui permet d’en connaître le vocable : Come Hérode Les Inocens eise pour Jésus vont mourir martyres. Il se compose d’une grande niche en plein cintre encadrée de deux pilastres cannelés surmontés de chapiteaux, posée sur une base peu élevée au-dessus du sol. Le fronton, avec toit à deux pentes, porte en son centre une figure du Christ. Deux bas-reliefs occupent le fond de la niche. Celui du haut, le plus important peut évoquer, par sa composition, le Massacre des Innocents et celui du bas la Fuite en Egypte. Renseignements : Office Municipal de tourisme d’Orgon Place de la Liberté. Téléphone : 04 90 73 09 54.

3 - Notre-Dame de Beauregard :

Cet ancien oppidum celto-ligure fut un centre religieux bien avant l’ère chrétienne. En 1878 le chanoine Bonnard, curé doyen d’Orgon, fit édifier sur l’emplacement de l’ancien lieu de culte la chapelle actuelle. Le Monastère, qui remplaça l’ermitage séculaire, fut construit entre 1638 et 1660 et accueillit jusqu’en 1789 les Augustins Déchaussés. La chapelle est ouverte toute l’année.

4 - La chapelle Saint-Roch :

Saint Roch, né à la fin du XIIIème siècle et qui a toute sa vie durant œuvré en faveur des pestiférés, a sa chapelle sur ce site, érigée au XVII° siècle et agrandie en 1720. Cette année-là, une épidémie de peste terrible désole la Provence. A Orgon, ce fléau fait moins de victimes que dans les communes avoisinantes. Les Orgonnais avec leurs consuls firent alors le vœu, pour remercier la Providence, d’organiser le 16 août de chaque année une procession solennelle jusqu’à la chapelle Saint-Roch. La chapelle est ouverte uniquement sur rendez-vous.

Flânerie dans le vieil Orgon :

Les visiteurs flâneront le long des rues, des passages, s’attarderont devant certaines façades renaissance, de belles portes cochères, des balcons ouvragés, des parements de pierre, des immeubles parfois vétustes ou récemment restaurés, aux nobles proportions qui témoignent de la vie et du labeur de nos prédécesseurs. En passant par la porte médiévale de l’Hortet on entre dans le sur-village de la Savoie aujourd’hui désert et dominé par le château du duc de Guise.

 

 Haut de page

Imprimer