Aller au contenu | Aller au menu principal | Aller au sous menu  | Aller au menu divers | Aller à la recherche

Terre de Provence Agglomération

Menu principal

Terre de Provence Agglomération

AccueilTourisme > Le patrimoineSaint Andiol

Saint Andiol

 

Chapelle Sainte Croix

Les moines de l’abbaye Saint-Victor de Marseille venant d’acquérir le territoire de Saint-Andiol ont, pour leurs offices, fait construire une chapelle près de l’autel déjà existant où les premiers chrétiens venaient se faire enterrer. Elle est toujours située au sein du cimetière actuel de la ville. Sur un contrefort latéral, côté sud, on peut lire une inscription datée du IXe siècle. C’est une des plus vieilles chapelles de Provence. Elle est de pur style roman. À gauche de la porte d’entrée, une pierre porte la signature «  Po  » de l’architecte Pontius, auteur de nombreuses autres églises de cette époque.

Eglise st Vincent

Fin 1909, d’importantes réparations permettent de découvrir un mur de fond portant la date : 1019. Ceci confirmait la présence d’un cloître construit par les moines de l’Abbaye de Saint-Victor au XIe siècle qui ne devait être alors qu’une simple chapelle. Au début du XIIe siècle, le territoire de Saint-Andiol est cédé à l’abbaye de Montmajour. Les moines avaient besoin d’une église plus proche que la chapelle pour aller plus commodément aux offices. Ils construisirent donc la première église au nord du cloître, une simple nef unique de trois travées voûtées en berceau brisé. Il existe deux églises fortifiées dans ce style en France : – l’église de Saint-Andiol – l’église des Saintes-Maries-de-la-Mer Visite sur rendez-vous.

Le Château

Les guerres se succédant en Provence et les moines des Abbayes ne suffisant pas à protéger les biens et les hommes, le 1er octobre 1225 Albe d’Albe, seigneur de Roquemartine, reçoit en inféodation de l’archevêque d’Arles le territoire de Saint-Andiol. C’est donc la famille d’Albe qui commanditera la construction du château aux environs de la fin du XIVe et du début du XVe siècle. Succéderont à la famille d’Albe, par le mariage de leurs filles, les familles de Varadier (originaire d’Arles, qui éleva son rang de seigneurie à celui de marquisat) restaurant le château dans un style entre Renaissance et Louis XIV ; puis la famille d’Estourmel qui embellira le château de riches décorations, de tableaux de prix, d’armures, de meubles de goût encore présents au début du siècle. Aujourd’hui, le château est devenu un centre socioculturel et garde sa vocation de phare intellectuel et de gardien des traditions. Il accueille la bibliothèque municipale et une grande salle des Fêtes où se déroulent toutes les principales festivités du village. Le château est entouré d’un parc majestueux composé d’ormes, de platanes et de cèdres centenaires.

L’Oratoire Saint Roch

Il fut construit dans le but de protéger les habitants de la peste au lendemain de l’épidémie qui toucha la Provence entre 1720 et 1722 et qui décima une partie de la population de Saint-Andiol.

La Mairie

Le 26 juin 1514, Jérôme de Varadier, qui n’est pas encore seigneur de Saint-Andiol puisque le cadet de la famille, achète une maison avec cour, sise paroisse Saint-Vincent. Il s’agit de l’actuelle mairie de style Renaissance   ; on peut encore voir sur la façade nord les armoiries aux trois annelles de la famille de Varadier. C’est son frère Étienne qui habitait la forteresse dont le style moyenâgeux ne devait plus être à la mode à cette époque. En 1650, M. Villard rachète l’hôtel des Varadier pour en faire un relais de poste important dans la région puisque passage obligatoire pour aller à Avignon, Orange, Arles ou Aix. Au XIXe siècle il comprenait quatre postillons et quinze chevaux. En 1812, le souverain Pontife Pie VII se rendant au Sacre de Napoléon 1er passe une nuit au relais de poste. En 1815, le maréchal Brune s’arrête également au relais et décide, sur les conseils du maître de poste, de passer par Avignon où il sera assassiné le lendemain.

La Fresque Jean Moulin

Au carrefour de la RN7 et de la route Jean Moulin, la municipalité a fait réaliser une fresque de 140 m² pour mettre à l’honneur Jean Moulin, grand résistant de la deuxième guerre mondiale. Cette fresque a été inaugurée le 26 mai 2012 pour commémorer le 70ème anniversaire de son parachutage dans les Alpilles, le 2 janvier 1942.

 

 Haut de page

Imprimer