Habiter mieux en Terre de Provence

Embellir le cadre de vie des habitants, effectuer des économies d’énergie, réduire le reste à charge des propriétaires qui envisagent de rénover leur logement tout en simplifiant leurs démarches administratives et favoriser les investissements sur le territoire, tels sont les effets attendus du prochain dispositif porté par la communauté d’agglomération « Habiter mieux en Terre de Provence ».

Près de 6 millions d’euros seront engagés à destination des propriétaires occupants et des propriétaires bailleurs du territoire, sans distinction de localisation. Pour cela, la communauté d’agglomération investit plus de 600 000 € et a pu mobiliser différents partenaires financeurs, à savoir l’Agence nationale de l’habitat (4 millions d’euros), la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur (175 000 €), le Département des Bouches-du-Rhône (285 000 €) et les treize communes membres à hauteur de 434 400 €.

Lever les freins à la rénovation grâce à un accompagnement de proximité et de qualité

Au-delà de ces aides aux travaux, Terre de Provence et l’Agence Nationale de l’Habitat financent, pendant les trois années du dispositif, l’accompagnement technique, administratif et financier d’un opérateur spécialisé, dont le rôle sera de conseiller les propriétaires éligibles de bout en bout de leur projet. Celui-ci pourra venir à votre rencontre, dans les locaux de votre mairie, dès le printemps 2022.

Trois cibles sont poursuivies :

  • l’amélioration de la performance énergétique (isolation, système de chauffage ou de production d’eau chaude…),
  • l’adaptation du logement à la perte d’autonomie liée à l’âge ou au handicap (installation d’un monte-personne, de barres d’appui, protection de murs et de portes…),
  • tous travaux pour l’amélioration d’un logement à louer.

Barbentane, Cabannes, Orgon et Rognonas : quatre communes avec secteur d’intervention renforcée

Pour ces communes, les cibles sont complétées par une intervention spécifique aux centres anciens afin de favoriser les travaux lourds contre les situations d’insalubrité, de péril, de moyenne et de grande dégradation. La communauté d’agglomération agit contre l’habitat indigne, en collaboration avec les communes.